NEWS COMMANDER CONTACT BLOG
Julio Le Parc

Julio Le Parc

Naked
Hahnemuehle Museum Etching 350 g

Nu, tirage pigmentaire original, numéroté et signé.


Français

Julio Le Parc (né en 1928 à Mendoza, Argentine, vit et travaille à Cachan) est l’un des plus importants artistes géométriques et cinétiques. Membre fondateur du GRAV, en 1960 à Paris, il travaille sur le mouvement, la lumière, l’optique, les rapports entre une œuvre et son spectateur. En 1966, il obtient le Grand Prix international de peinture de la Biennale de Venise et refuse, en 1972, une rétrospective au musée d’Art moderne de la ville de Paris. La même année, la Kunsthalle de Düsseldorf lui consacre une exposition personnelle. Il a depuis exposé de Cuba à Barcelone, de Rome à Saint-Petersbourg, passant par le Whitney Museum, le Smithsonian, le MOCA ou encore le Centre Pompidou-Metz et le Palais de Tokyo. Il met aujourd’hui son travail sur le mouvement et ses célèbres arc-en-ciel au service de Naked, créant un nu pointilliste original reconnaissable entre tous.

English

Julio Le Parc (born 1928 in Mendoza, Argentina, lives and works in Cachan, France) is one of the most important geometrical and kinetic artists. Founding member of the GRAV, in 1960 in Paris, he works on movement, light, optical and connection between o work of art and its viewer. In 1966, he won the International Grand Prix for painting at the Venice Biennal and, in 1972, refused a retrospective at the Paris Museum of Modern Art. On the same year, the Düsseldorf Kunsthalle offers him a personal exhibition. Since then, he exposed from Cuba to Barcelona, from Roma to Saint-Petersburg, passing by the Whitney Museum, the Smithsonian, the MOCA or the Centre Pompidou-Metz and the Palais de Tokyo. Today, we can find his work on movement and his famous rainbows in his Naked, an original pointillist and easily identifiable nude.


Tirage : 120 exemplaires
Format : 270 x 380 mm (1/4 Jésus)
Prix : 180 euros jusqu'au 29 décembre 2017, 250 euros passé cette date.

Commander


Johannes Strugalla

Johannes Strugalla

Naked
Papier d'art Somerset 250 g

Nu, impression pigmentaire originale, numérotée et signée.


Français

Johannes Strugalla, né en 1943 à Lueben, en Silésie – actuelle Pologne –, vit et travaille entre Mayence et Paris. Régulièrement exposé en Europe et aux États-Unis, on retrouve ses œuvres dans des collections prestigieuses, telles que celles du Victoria and Albert Museum, de l'université de Stanford, ou du Klingspor-Museum d'Offenbach. Son travail est en partie influencé par l'informel allemand et l'expressionisme abstrait américain ce qui lui confère une grande force structurelle. C'est autour du dessin et du bois gravé que s'articule principalement son oeuvre dont le tissu formel abstrait laisse parfois entrevoir la figuration. Cofondateur de Despalles éditions, il est essentiellement connu pour ses livres d’artiste dans lesquels se tisse un lien étroit entre texte et image. Pour Naked, il a imaginé, en monochrome, un nu aussi vigoureux que tourmenté, à la fois graphique et poétique.

English

Johannes Strugalla, born in 1943 in Lueben, Silesia, – nowaday Poland –, lives and works between Mainz and Paris. His works are regularly displayed through Europe and the United States and can be found within prestigious collections such as those of the V&A Museum, the Stanford University or the Klingspor-Museum Offenbach. His work, partly influenced by German Informel and the American Abstract Expressionism, is of a huge structural strengh. It is mainly structured around drawing and engraved wood, and sometimes appears a kind of figuration through the formal abstraction. Co-founder of the publishing house Despalles editions, he is largely known for his artist's books in which he builts a close link between texts and images. For Naked, he imagines, a monochromic nude, as vigourous as tormented, graphic and lyrical at the same time.


Tirage : 120 exemplaires
Format : 380 x 270 mm (1/4 Jésus)
Prix : 180 euros en souscription jusqu'au 29 décembre 2017 (250 euros ensuite)

Commander


Pierre Giquel

Pierre Giquel

2017
576 pages, dos carré cousu collé sous jaquette américaine.
Coédition éditions jannink / École des beaux-arts de Nantes

Sélection compilant 175 textes de l'écrivain, critique d'art et professeur à l'École des beaux-arts de Nantes, Pierre Giquel, Les Géographies irrégulières rendent compte pour la première fois de presque 35 ans d'une intense et foisonnante activité littéraire. Cette édition volumineuse comprend une jaquette dépliante recto-verso représentant deux aquarelles de Fabrice Hyber. Contributions de Fabrice Reymond et Pierre-Jean Galdin.


Format : 17 cm x 24 cm
ISBN 978-2-37229-033-3
Prix : 27 euros

Commander
« Auteur d'une production qui se caractérise par ses multiples collaborations avec des artistes, les mots de Pierre Giquel se retrouvent aujourd'hui dans nombre d'œuvres plastiques, sonores ou chorégraphiques. Il a également écrit de nombreux textes pour des monographies d'artistes.
Construit sans hiérarchie des genres, ce livre de 600 pages, qui voit défiler les noms de 125 artistes, donne à voir le caractère nomade et singulier d'une position et d'une allure.
Organisé en neuf chapitres, avec des titres qui constituent autant de thématiques que de motifs, les textes suivent le fil d'une écriture qui ne s'arrête pas, préférant le modèle du parcours à celui de l'anthologie. Car si le terme de l'irrégularité est à entendre au sens musical, comme une idée de l'intermittence de l'activité, c'est qu'elle se place bien ici en regard d'une certaine critique dite “scientifique”, pour un commentateur de l'art qui se définit non sans malice comme “un accompagnateur, même mystique, plutôt qu'un analyste gelé”. Prétextes à une focale cultivant insolence et liberté de ton, revendiquant la variété et le goût de l'éclectisme, Les Géographies irrégulières dessinent l'histoire d'un point de vue.
Cette édition est le fruit d'un long et généreux compagnonnage avec les artistes, pour cette figure qui participa à la création de la revue Interlope, la curieuse au début des années 1990 et qui passa allègrement des colonnes de Art Press à celles de Ouest France au gré des humeurs et des saisons. Connu pour avoir incarné une relation ininterrompue et particulière, qu'il n'eût de cesse de tisser notamment à Nantes où il fut professeur à l'école des Beaux-Arts, entre les étudiants et les artistes, Pierre Giquel qui avoue volontiers que “la moquerie est une arme contre l'époque et ses morosités” ou que “vivre l'art, c'est comme incarner ses méandres et ses sauteries” fut aussi l'un des acteurs d'une scène dont il fut l'un des témoins.
Ses Géographies irrégulières retracent également la trajectoire d'une plume et d'un style qui se sont élaborés au fil du temps. En échos complices, l'ouvrage s'ouvre avec les préambules de Fabrice Reymond et de Pierre-Jean Galdin qui évoquent dès les premières pages la mesure de l'attitude. Autre écho : la jaquette américaine avec deux aquarelles de Fabrice Hyber sous une forme de paysage biographique.
Résonnant déjà à la manière d'un avertissement, il y a quelques années, l'écrivain avait écrit dans un article de la presse régionale, une phrase qui donne d'emblée le ton : “Je ne m'adresse pas à ceux que l'enthousiasme étrangle…”
Un défi lancé au lecteur, comme une signature solaire, une dédicace. »
Frédéric Emprou, directeur de la publication

“As he is the author of a production characterize by its multiple collaborations with artists, Pierre Giquel's words can nowadays be found within numerous plastic, acoustic or choregraphic works of art. He also wrote numerous texts for artists' monographs.
Built without any hierrachy of genres, this 600 pages book, in which the names of 125 artists are present, shows the mobile and singular nature of his position.
Organized in nine chapters which tittles are at the same time thematics and motives , the texts follow the thread of a writing which never stops, more as a journey than as an anthology. The term of irregularity is to be understood in its musical sense, as an idea of the intermittence of activity, because it is here placed in comparison to a kind of said as "scientific" criticism, for an art observer who defines himself not without mischief as "an accompanist, even mystic, more than a frozen analyst". Pretext to a focal which cultivates insolence and outspokenness, claiming for variety and a taste for eclecticsm, Les Géographies irrégulières draw the story of a point of view.
This publication is the result of a long and generous mentoring with artists, for this figure who took part in the creation of the review Interlope, la curieuse in the early 1990's and who merrily jumped from the Art Press columns to those of Ouest France, suiting both his moods and the seasons. He Pierre Giquel is known for having embodied an uninterrupted and particular relation, which he never stopped to forge, especially in Nantes where he has been teacher at the school of Fine Arts, between students and artists. He willingly admits that "mocking is a weapon against time and its moroseness" or that "living the art, it is just as embodied its windings and jumpings". He is as well an actor than a witness.
His Géographies irrégulières also redraw the path of a quill and style which were draw up over time. As conniving echos, the book opens itself with preambles by Fabrice Reymond and Pierre-Jean Galdin who evoke, from the first pages, the measure of the attitude. An other echo: the american dust cover with two Fabrice Hyber's watercolors forming a biographical landscape.
As a warning, a few years ago, the writer wrote, in an article for the regional press, a sentence which straightaway gives the tone: "I don't speak to those strangled by enthusiasm".
A lay down challenge for the reader, as a solar signature, a dedication.”
Frédéric Emprou, publication manager



Christian Globensky

Christian Globensky

2017
96 pages, dos carré collé

Livre d’artiste semblant, au premier abord, destiné à une collection « développement personnel » mais embrassant un champ allant de la philosophie comparée à l’esthétique, il se donne pour but de réécrire l’expérience du phénomène esthétique chez Nietzsche.


Format : 12,5 cm x 20 cm
ISBN 978-2-37229-035-7
Prix : 14 euros

Commander
Si un grand nombre de livres ont tenté de démontrer que les méthodes propres à l’art et à la philosophie sont de loin les meilleures pour faire de tous les aspects de sa vie une totale réussite, celui-ci va bien au-delà de la simple notion de réussite. Ce livre vous propose, ni plus ni moins, de mettre en œuvre l’expérience ultime de toute vie, celle de devenir un bienfaiteur de l’humanité, un Bouddha – mais selon Nietzsche, bien sûr. L’expérience de l’Éveil au Surhumain est ici présentée comme un phénomène esthétique. Et c’est ainsi que l’on chemine, avec Bouddha et Nietzsche, sur la voie qui mène à la libération. Tout ce que l’on donnera à voir et à entendre dans ce livre, le sera pour tous, sans jamais creuser l’écart entre l’acte physique de lire et la joie que la beauté des énoncés intellectuels apporte à nos sens.

If many books tried to demonstrate that the proper to art and philosophy methods are, by far, the more efficient to make of the all life aspects a complete success, this one is getting to the bottom of things, far away from the simple notion of success. This book offers you, no more, no less, to implement the ultimate experience of a whole life, becoming a benefactor for the humanity, a Bouddha– but, of course, according to Nietzsche. The experience of Wakening to Superhuman is here presented as an aesthetics phenomenom. That is how we progress, with Bouddha and Nietzsche, on the path leading to release. All that is shown to see and hear in this book, will be for everybody, without never widening the gap between the physical action of reading and the joy bringing to our senses by the beauty of the intellectual utterances.

site design by Olivier Classe
built with indexhibit